LA MAISON DE L’ARTISTE

La casa dell'Artista - karam Cannarella

La Maison de l’artiste PORTOPALO De CAPO PASSERO

Syracuse, Sicile

Nous sommes à Portopalo di Capo Passero, à l’extrémité sud-est de l’île de Sicile, une ligne de partage des eaux entre la mer Ionienne et la mer Méditerranée, où l’artiste a réorganisé l’intérieur de la maison où il est né et a vécu dans sa jeunesse, avant de s’installer à Milan.

La Maison de l’Artiste” est une idée de l’artiste qui souhaite rendre ses œuvres accessibles à un large public et créer un dialogue stimulant entre les œuvres d’art et l’environnement domestique qui les abrite.

En visitant, la première émotion arrive déjà devant la petite porte d’entrée avec la plaque réalisée en pierre de lave par des céramistes de Caltagirone. Dès que l’on franchit le seuil de cet appartement au rez-de-chaussée, on respire une atmosphère d’intimité ; tout à l’intérieur conserve l’atmosphère originale et intime souhaitée par la personne qui y vivait. Dans la première salle, l’appartement, caractérisé par son ampleur, accueille des œuvres qui, déployées selon une narration contemporaine, racontent la vie quotidienne, les traditions anciennes, célébrant avec joie et force vitale une créativité spontanée et fantastique, dans laquelle se mêlent le temps de vivre et la mémoire du passé. Il est possible d’admirer de véritables séquences narratives décrivant les anciennes traditions du passé, décrivant des scènes se déroulant dans des espaces quotidiens, montrant la vie des gens ordinaires ; témoins du labeur des hommes et des femmes travaillant la terre, des pêcheurs labourant les vagues de la mer et de la joie des enfants jouant avec des poupées et des ballons. La récupération des anciens métiers, des traditions, des lieux et des personnes qui ont animé un pays représenté dans les tableaux de Cannarella découle du besoin intérieur de l’artiste de représenter sa terre à travers sa propre capacité créative. Les œuvres soulignent, avec des tons accentués, les émotions fortes qui représentent la vraie Sicile, en mettant l’accent sur les couleurs, les intensités enveloppées dans une lumière chaude et forte qui fait briller les paysages et les personnes, au point que chaque détail devient fondamental. En réalisant ces œuvres, Cannarella a pu, une fois de plus, mettre en valeur ses extraordinaires qualités humaines et artistiques qui sont intimement liées. Le visiteur qui observe ces peintures sera attiré par le mélange coloristique et la force des textures, il entrera dans le rêve d’un autre homme et le fera sien, ajoutant ainsi une signification émotionnelle supplémentaire. C’est pourquoi l’œuvre de Cannarella semble appartenir à quiconque la regarde et entraîne dans son tourbillon quiconque est sensible à l’engagement passionné propre et unique à l’art.
 
Au fil de la visite, le visiteur peut observer d’autres œuvres : dans ce cas, l’artiste met en scène un nouveau cycle pictural ” Voyage à travers l’art ” qui fusionne harmonieusement le passé et le présent, de l’union entre l’histoire de l’art et la contemporanéité. Il revisite les œuvres des grands maîtres du passé en suivant une procédure de composition absolument unique, dictée par son empreinte technico-exécutive originale, qui lui permet de réinterpréter les “traces du passé” dans une tonalité moderne, en redonnant vie à quelque chose du passé ou en donnant une “nouvelle âme” à ce qui se prête à être réinterprété.
L’idée que Karam a traduite en langage pictural ne peut découler que d’une observation méticuleuse des représentations sources et d’une connaissance approfondie de celles-ci. Après les avoir longuement observés de l’extérieur, il les compose avec l’intention de les réinterpréter. Chacun de ses nouveaux retravaux est ainsi élaboré selon un processus composite absolument personnel et unique. Incontournable par son empreinte technico-créative originale, l’artiste donne à l’œuvre une nouvelle identité même si l’objet interprété différemment demeure.
En réinterprétant les chefs-d’œuvre du passé, Karam fait preuve d’une grande habileté stylistique et montre sa maîtrise consciente de l’exécution. Chaque tableau a une “valeur narrative” capable de transmettre des suggestions sans rapport avec les mises à jour et les ajustements de la mode. Avec cette série de tableaux, l’idée de mimésis perpétuée et transmise par la tradition de l’art est ravivée. Ces œuvres contiennent le germe de la nouveauté, qui, à une époque de déjà-vu constant, est peut-être la perle la plus rare. Les œuvres de Karam frappent l’œil car elles ne sont pas alourdies par des fioritures ou des pensées inutiles, elles vont droit au but en montrant l’élévation intellectuelle de l’artiste qui se compare, avec une grande dignité et sans crainte, aux grands maîtres du passé. Il se concentre sur une recherche large et profonde qui le conduit à la création d’œuvres qui parlent d’elles-mêmes et n’ont pas besoin d’être présentées. Attentif à tous les détails du processus de conception et d’exécution, l’artiste part d’un point central, à savoir l’œuvre à reproduire, mais arrive inévitablement à un autre point qui est celui de la réinterprétation subjective implicite et de la personnalisation subtile de l’œuvre, alimentant le dynamisme et la portée de la composition globale.
L’artiste s’inspire et prend symboliquement possession de l’image originale, la faisant sienne et augmentant sa force, sa vigueur et l’énergie de son essence et de son contenu. Il donne vie à des représentations de l’histoire de l’art dans ses tableaux, les revisite et en fait la substance vivante de sa propre peinture en y incluant des sculptures et des œuvres déjà réalisées.
L’artiste met en scène une contemporanéité qui se matérialise lorsque l’image d’œuvres disparues dans le temps se présente à son esprit pour donner une libre interprétation à de nouvelles œuvres.
Compte tenu de la complexité du point de départ, l’artiste a réussi à sublimer différents points de vue, à fusionner plusieurs perspectives d’observation, pour nous donner une image unique filtrée de tout élément superflu. À certains égards, le travail de Karam s’apparente presque à une activité de restauration, qui débarrasse les toiles de la patine du temps pour les remettre au goût du jour.
Elle nous permet d’apprécier encore plus les grands maîtres, de saisir et de transposer dans l’art les moindres variations, ces accents subtils, les marbrures et les voiles les plus subtils, qui sont mis en valeur par l’acte créateur. Cette approche ne peut que fasciner ceux qui aiment observer les œuvres d’art, car elle ouvre également une nouvelle façon de voir. Il en ressort l’importance et l’intelligence du regard de Karam pour regarder l’art de l’intérieur, ainsi qu’une manière imaginable de revisiter le passé.