Karam Sebastiano Cannarella

Peintre et sculpteur

Il est né en 1942 à Portopalo di Capo Passero, une petite ville de la province de Syracuse. Très jeune, il décide de quitter la Sicile et, en 1964, il quitte le soleil aveuglant et le bleu immense de son île natale pour s’installer à Milan, où il suit des cours de peinture à l’Académie des beaux-arts de Brera.
Au fil du temps, l’Italie sa patrie et le Maroc son adoption, deux pays de cultures différentes s’identifient dans l’art de cet artiste, dans un territoire sans frontières culturelles.
Il vit et travaille entre l’Italie et le Maroc.

ANNÉES ’70

Le parcours pictural personnel de Karam Sebastiano Cannarella est marqué par un équilibre expressif rigoureux, mais en même temps par une recherche foisonnante élaborant différents thèmes visuels. Avec inventivité et harmonie méthodologique, il mène depuis plus de cinquante ans une expérimentation artistique originale marquée par une signature stylistique raffinée et élégante, extraordinairement individuelle et reconnaissable, qui étudie la réalité dans son exception la plus matérielle.

L’artiste, au fil des années, a abordé différents concepts et tous, sans exception, ont été traités et résolus, sans aucune discrimination, en appliquant les techniques les plus variées pour leur élaboration.

En 1973, il a organisé sa “première exposition personnelle” à la Galleria Missori Arte de Milan. Défini comme un “poète de l’art” et un infatigable “voyageur des rêves”.

Biografia Karam Cannarella
Défini comme un “poète de l’art” et un infatigable “voyageur des rêves”, il a navigué dans un monde fantastique et a entrepris de nombreux voyages, poussé par une curiosité insatiable pour connaître de nouveaux peuples, un désir intense de visiter de nouvelles terres et des cultures différentes, dans une recherche continue de nouvelles formes d’expression visuelle.Il reste à l’intérieur : Zurich, Paris, Munich, l’Égypte et le Maghreb, des lieux différents en termes d’histoire et de culture, où il travaille et expose, suscitant l’intérêt des spectateurs et de la presse.
À Paris, Karam Sebastiano Cannarella, considéré comme l’un des artistes les plus actifs du moment, est un promoteur et un partisan du développement de nouveaux thèmes expressionnistes entrepris par ses prédécesseurs appartenant au groupe “Co.Br.A.”.
Pendant son séjour dans la capitale française, il fréquente les milieux culturels et artistiques, monte plusieurs expositions personnelles et collabore activement à d’importantes expositions internationales.

Pendant son séjour à Paris, il fréquente les milieux culturels et artistiques, monte plusieurs expositions personnelles et collabore activement à d’importantes expositions internationales.

Au cours de cette période, l’artiste se démarque de tout style artistique en faveur d’un changement culturel radical, manifestant une “liberté expressive” articulée par différents langages visuels avec lesquels il interprète des idées nouvelles et des actions artistiques sans précédent.
Il dégage des sentiments de rébellion et de colère, faisant apparaître des couches moelleuses à la surface de chaque toile, des couleurs déversées par paquets, créant un contraste entre le noir et le blanc, et l’image prend forme à partir des gestes inconditionnels du pinceau.

Il dépeint un art provocateur qui affirme le droit au plaisir, souligné par la violence dictée par le signe graphique, par des figures pas toujours proportionnées représentées par de grandes touches de couleur, par des traits simples caractérisés par une force impétueuse, éléments qui créent un effet de simplicité et une efficacité expressive indéniable.

Dans ses œuvres, une composante métaphysique presque surréaliste apparaît, capable de transmettre un profond sentiment de solitude que l’artiste place dans un arrière-plan irréel. Il peuple ses tableaux de “figures monumentales et plastiques”, semblables à des mannequins qui se placent, au sein de la composition picturale, en parfaite et totale autonomie grâce à leur solide structuration, évoquant le souvenir de sentinelles caractérisées par des volumes et des espaces, un ensemble de figures mystérieuses qui manifestent une extension extrême révélant leurs tons pour capter l’indice possessif du temps. Ce sont des présences énigmatiques, jamais capables de manifester leur secret inaccessible, mais capables de transcender les apparences en dialoguant avec le mystère. Gardant des thématiques aussi habiles, mobiles et témoins d’un temps lointain, les figures aristocratiques, particulièrement raffinées et gracieusement sensuelles, se dissolvent dans l’espace avec un ordre naturel et rythmique, symbolisant une nature lointaine, mais en même temps un retour à une force non contaminée.

Il peuple ses tableaux de “figures monumentales et plastiques”, semblables à des mannequins qui se placent, au sein de la composition picturale, en parfaite et totale autonomie grâce à leur solide structuration, évoquant le souvenir de sentinelles caractérisées par des volumes et des espaces, des composants qui manifestent une extension extrême révélant leurs tons pour capter l’indice possessif du temps. Ce sont des présences énigmatiques, jamais capables de manifester leur secret inaccessible, mais capables de transcender les apparences en dialoguant avec le mystère. Gardant des thématiques aussi habiles, mobiles et témoins d’un temps lointain, les figures aristocratiques, particulièrement raffinées et gracieusement sensuelles, se dissolvent dans l’espace avec un ordre naturel et rythmique, symbolisant une nature lointaine, mais en même temps un retour à une force non contaminée.

En 1977, Karam Sebastiano Cannarella a remporté le concours organisé par la municipalité de Portopalo di Capo Passero pour la conception de ses armoiries. Il a conçu un croquis en respectant les termes et les règles du langage héraldique. Il représente un écu français moderne (Samnite), sélectionne les couleurs des émaux, identifie les sujets et le nombre de figures à insérer dans les partitions individuelles des champs. L’écu divisé verticalement en deux parties de proportions égales, dont l’une est divisée horizontalement, comprend à gauche l’image du phare érigé sur une partie du “champ” teinté en bleu, tandis que la partie supérieure est dominée par le jaune, qui, dans la terminologie héraldique, représente la richesse, le commandement. Le côté droit de l’écu, divisé en deux champs de proportions égales, accueille dans sa partie supérieure, sur fond blanc, le blason solaire de la famille patriarcale Tasca d’Almerita, une lignée qui a marqué de sa présence la ville de Portopalo di Capo Passero comme source de vie et de richesse. La face inférieure, peinte en rouge, couleur qui, selon la terminologie héraldique, représente la vaillance, l’audace, la noblesse et la domination, abrite la figure de trois épis de blé, symbole de richesse. Au sommet de l’écu figure la couronne turque sous la forme d’un bastion avec des tours, tandis que l’ensemble de l’écu est contenu dans une branche de chêne symbolisant la force, nouée à une branche de laurier, emblème de la victoire.
Opere di Karam Cannarella - stemma del Comune di Portopalo di Capo Passero

Les armoiries dominent actuellement l’entrée principale de l’Office.
Palais municipal – Portopalo di Capo Passero. (Syracuse, Sicile)

Chaque année, depuis quelque temps, l’artiste revient animer les chauds mois d’été de sa ville natale avec des expositions personnelles originales et des événements culturels.
À l’occasion de l’événement culturel “Agosto Portopalese”, il présente une série de toiles modifiées en horloges en fonctionnement.

Son travail personnel découle de souvenirs d’enfance, de l’enchantement de voir, en compagnie de son père, une charrette sicilienne circuler dans les rues de Syracuse. Le souvenir de la roue de la charrette sicilienne, qui, au regard d’un enfant, apparaît comme un bois gros, lourd, aux couleurs vives et robuste, se transforme, grâce à la créativité originale de l’artiste, en un objet artistique capable de rythmer le temps incessant et imparable.

Ces splendides cadres de montres équipés de mécanismes de haute précision, de formes et de tailles diverses et aux délicats tons pastel, nous permettent de balayer chaque phase de notre vie, ainsi que les noms individuels par lesquels l’artiste nomme ces œuvres comme Zagara, Conca d’oro, Ricamo, Granada, Astrolabe, Re Sole, Alchimia, Elisir, Algoritmo, Aida, Rosa damascema, Azimut, confirment que l’artiste n’a jamais cessé de rêver et que le surgissement de l’impensé d’aujourd’hui sera peut-être la pensée intemporelle de demain.

ANNÉES ’80

Dans cette période, l’artiste s’enferme dans un silence long et tourmenté, mène une recherche en profondeur, analyse l’âme et l’esprit, valeurs qui appartiennent à un “maître” de l’art.
La cosmicité de l’amour qu’il perçoit nourrit son art de nouvelles significations et la fable de la vie resurgit en lui à travers le mystère. Son langage pictural représente un nouveau thème.
Cannarella est un peintre-poète de sensations en ce sens qu’il transforme la réalité en symboles, sentiments et métaphores.
Il y a une ritualité qui enveloppe les images. La luminosité chromatique présente des transparences tactiles, des vibrations musicales.

Au sortir d’une période de calme et d’assiduité au début des années 1980, il s’oriente vers un nouveau thème, explore de nouvelles expressions dans la tradition de la culture marocaine et crée une “figure orientale” personnelle.
À travers des formes et des couleurs, des traces et des signes, des dessins et des sujets, l’artiste décrit le Maroc et les Marocains comme avec des mots silencieux qui traversent le regard de l’observateur et atteignent extemporanément sa sensibilité intellectuelle. Ses “femmes du nord du pays” avec leurs costumes typiques, “le vendeur d’eau”, “ses danseurs”, “les hommes à cheval” participant à cette fête bien connue appelée “Fantasia”, qui caractérise la pureté de son expression artistique.

Les années 1980 marquent un tournant important dans la production artistique de Cannarella, dont l’intérêt est littéralement catalysé par le monde aquatique, créant une série d’œuvres dans lesquelles des bancs de poissons sont déplacés à la surface de la toile comme des êtres humains qui s’entassent dans des environnements égaux à la mer. La nature est représentée comme la vie à travers un naturalisme raffiné, un tourbillon fantastique dans lequel des bancs de poissons émergent des profondeurs des abysses marins, atteignant la surface de la toile comme des éléments attractifs caractérisés par une pression douce et caressante vibrant, créant un enchantement imprégné de silences.
Il s’agit d’œuvres réalisées à deux époques différentes d’où transparaissent clairement les sentiments que l’artiste perçoit en lui-même, évoquant des souvenirs d’enfance, pensant aux couleurs de la pêche, aux “paranze” (bateaux de pêche), aux “luciare” (bateaux de pêche) qui débarquent au port au petit matin chargés de poissons dardés.

Opere di Karam Cannarella - Arabeschi marini

Cannarella fait remonter à la surface de ses toiles des réflexions et des états d’âme, expérimentant un monde entièrement personnel en mettant à nu sa sensibilité, qui se transforme en une réflexion intime qui atterrit dans un monde d’équilibres harmoniques et sensoriels fluctuants. Après une décennie, ces suggestions ont resurgi et repris vie à travers une série de nouvelles œuvres dans lesquelles le style du passé fusionne avec l’expérience acquise au fil des ans, renouant ainsi avec le monde arabe.
D’où la création de nouveaux tableaux “Arabesques de mer” dans lesquels les poissons deviennent l’unité de mesure d’un décor potentiellement infini enrichi de motifs calligraphiques. Le résultat visuel est d’une beauté agréable malgré la nature chaotique des formes superposées.

Opere di Karam Cannarella - Arabeschi marini

Les poissons peints se transforment en formes stylisées aux contours presque accentués, caractérisées par une sérialité chromatique frénétique et joyeuse, par une peinture plus lumineuse, presque porcelaineuse, car les couleurs réapparaissent sur les toiles de manière vive et éclatante, dans laquelle la combinaison diversifiée des couleurs illumine et caractérise le banc de poissons.

Un tournant majeur s’est produit à la fin des années 1980. L’écoute de fascinantes comédies musicales arabes, la lecture assidue d’œuvres littéraires et la participation à des débats centrés sur des thèmes appartenant au monde oriental ont éveillé la curiosité de l’artiste, qui a manifesté une passion presque spasmodique pour tout ce qui appartient à la culture arabe et islamique, et son activité picturale s’est concentrée, au fil du temps, sur la représentation de cette même culture comme source d’inspiration de plus en plus proche de lui-même et de sa façon d’être. Sans renier sa double appartenance aux mondes occidental et oriental, l’art de Cannarella est ainsi devenu un outil au service de la culture arabe dans le but de diffuser ses contenus et de transmettre des messages significatifs.

Opere Corano Acrilico su Legno - Karam Cannarella

Un tournant majeur s’est produit à la fin des années 1980. L’écoute de fascinantes comédies musicales arabes, la lecture assidue d’œuvres littéraires et la participation à des débats centrés sur des thèmes appartenant au monde oriental ont éveillé la curiosité de l’artiste, qui a manifesté une passion presque spasmodique pour tout ce qui appartient à la culture arabe et islamique, et son activité picturale s’est concentrée, au fil du temps, sur la représentation de cette même culture comme source d’inspiration de plus en plus proche de lui-même et de sa façon d’être. Sans renier sa double appartenance aux mondes occidental et oriental, l’art de Cannarella est ainsi devenu un outil au service de la culture arabe dans le but de diffuser ses contenus et de transmettre des messages significatifs.

Il a effectué des recherches méticuleuses sur le Coran, et l’analyse détaillée des “écritures” a accru le besoin de représenter les émotions et les impressions perçues de temps à autre. Pendant huit bonnes années, l’artiste s’est concentré sur la création impressionnante de 1 300 panneaux (acryliques sur bois de 67 × 96 cm) représentant le Coran, en vertu des autorisations des institutions musulmanes les plus prestigieuses.
Il apparaît dans sa majesté comme une œuvre totalement originale, sans doute unicum, car aucun prédécesseur n’a pu dépeindre le texte sacré de l’Islam de manière catégorique et précise. Cannarella ne fait pas de ses œuvres des leçons coraniques mais produit simplement de l’art. Grâce à l’approbation et à l’autorisation délivrées par la prestigieuse Académie égyptienne de recherche islamique Al-Azhar Al-Sharif, il transcrit sur des planches de bois (97×65 cm.) chaque page du Coran, mettant en évidence les différents versets traduits en images de différentes couleurs, représentant, à l’aide d’acryliques, de colles, de couleurs détrempe et de bitume, les émotions et impressions subjectives perçues à chaque fois lors de la lecture de la “Parole divine”.

ANNÉES ’90

À la fin des années 1990, Cannarella a repris sa quête du thème figuratif en peignant des autoportraits de la famille royale marocaine. À l’époque d’Hassan II, il a produit 37 œuvres en deux ans : Hassan II, les princes, princesses et nièces. L’artiste peint en laissant libre cours à son imagination, mettant en scène un langage visuel entièrement personnel, créant une libre danse de la matière et des signes en mélangeant des couleurs vives et des signes graphiques d’une diversité complexe et riche d’où émerge l’élément figuratif. Les éléments chromatiques trouvent une libre déposition dans la toile et entre eux coexistent de grandes taches chromatiques traversées, dans certains cas, par des bandes sombres interprétées de la manière la plus abstraite, qui à leur tour accueillent le sujet dans une pure transposition. L’artiste tente de dissoudre le sujet, puis de le faire réapparaître par intervalles à partir d’une composition de couleurs pâteuses appliquées sur le fond de la toile.

Opere di Karam Cannarella - Famiglia Reale

ANNÉES 2000

En particulier, au début de l’an 2000, il a pu passer de la peinture à la sculpture avec un extrême naturel, et au fil du temps, un travail en constante évolution l’a amené à dépasser la surface plane de la peinture en modelant des bustes, des livres et en donnant une nouvelle vie à des instruments de musique désaffectés. En moulant de la résine, sans jamais perdre la profonde qualité artistique qui le distingue, il recherche le degré zéro de la forme en mêlant le langage pictural et sculptural, mettant en valeur une signature stylistique totalement personnelle et rendant ses sculptures immédiatement reconnaissables. Dans le domaine de la sculpture, il modèle des sculptures en résine de différentes tailles décorées de couleurs superposées et d’éléments calligraphiques d’une extraordinaire beauté transportés de manière rituelle et immuable pour la réussite technique et émotionnelle de la sculpture elle-même.

Le sculture di Karam Cannarella

Il moule en fibre de verre une multitude de sculptures de tortues symbolisant la sagesse, la paix intérieure, de différentes tailles et décorées de motifs géométriques et calligraphiques, qui enveloppent l’ensemble.
Sa force réside dans sa capacité à capter l’héritage savant d’un lexique symbolique qui vient de loin. Attiré par la culture arabo-musulmane – celle du signe -, Cannarella explore la relation intense entre les arts visuels et l’écriture. Dans ses œuvres, il met l’accent sur la richesse du langage, l’agencement des formes, l’imbrication des traces et des indices imaginaires, en conservant la quintessence de leur composition dynamique et leur indéniable dimension culturelle. Les signes des lettres qui semblent surgir de nulle part incarnent les lignes de force de la beauté apparente dans ses secrets invisibles.

Le sculture di Karam Cannarella

En ce qui concerne les thèmes étudiés, ces dernières années, l’artiste s’est attaqué aux problèmes sociaux, car en véritable artiste qu’il est, il ne reste certainement pas impassible à ce qui l’entoure. Et en analysant la vie quotidienne, il met en scène des spectacles qui le considèrent comme un protagoniste en raison de son engagement inlassable dans les questions dramatiques, incitant le spectateur à réfléchir plus profondément sur la réalité.

Cannarella organise de nombreuses performances et œuvres picturales pour sensibiliser chacun à la nécessité de réfléchir contre l’indifférence et la cécité sociale. Selon l’artiste, grâce à la créativité, il est possible de sortir des schémas préétablis et de voir au-delà, de planifier et de rêver, afin de construire un présent et un avenir meilleurs que ceux auxquels nous nous sommes habitués ou résignés. L’artiste devient ainsi le porte-parole d’un malaise collectif, et ses performances live nous rendent participants d’un moment créatif qui prend vie sous nos yeux.

Au fil des ans, il a entrepris des recherches basées sur la “poétique du signe”, un langage fondé sur des capacités expressives qui s’articule sur des jeux de chromatisme et sur la relation signe-lettre. Le tableau s’identifie à un champ d’énergie vitale, et le signe-lettre représenté sous les formes les plus variées, est impulsion, est poésie, est une explosion de rythmes. Il crée un alphabet personnel, qui découle de son ressenti, de son expérience, de ses émotions, qui, en les évoquant, vont chercher d’autres sentiments. Le signe comprend donc toujours quelque chose qui appartient uniquement à la sphère la plus intime de l’artiste, mais qui est en même temps capable de transmettre aux observateurs, dans les espaces d’une sorte de récit qui prend la forme d’une rencontre, “la partie privée du rituel sans imposer un détachement entre le sujet et l’objet”.

Opere di Karam Cannarella - Calligrafia

“Rouge Blanc Noir” Huile sur toile de jute – 150×110 cm. – 2008
Venise. Pavillon italien du monde Maroc
“54 Biennale internationale d’art – 2011

Dans ces œuvres, on remarque que les signes prolifèrent et se développent dans un champ pulsé de relations, de forces visuelles, de vitalité, d’éléments dominés par un mouvement infini qui fait que chaque partie se connecte aux autres parties, dans un jeu de concaténations infinies. Dans ses œuvres, les lettres vivent une nouvelle dimension, elles sont uniques mais deviennent un corps ; elles maintiennent leur identité mais prennent une nouvelle raison formelle et une nouvelle existence, couvrant leur signification d’une nouvelle lumière et leur confiant une déclaration conceptuelle dans les formes de leur combinaison et elles acquièrent une vie propre, protagonistes d’une nouvelle forme, dans une nouvelle combinaison. Sans rien perdre de leur valeur symbolique ou représentative, ils deviennent le discours de l’art, ils revêtent le mystère de leur origine dans l’intellect humain ; ils sont l’objet d’une attraction formelle et le sujet de la pensée, ils entrent dans l’oeuvre comme le véhicule visuel d’une idée, avec la même dignité que l’image. ils sont des signes universels, les germes d’une nouvelle communauté d’intellect et de sentiment (un idem sentire), le vêtement d’une nouvelle sensibilité spirituelle.

C’est avec un dévouement extrême que l’artiste décode un langage classique, développant un iter compositionnel personnel et reconnaissable, grâce à son empreinte technique originale qui lui permet de réinterpréter dans une clé moderne ce qui appartient à l’Histoire de l’Art. En regardant les grands maîtres du passé tels que Caravaggio, Botticelli, Warhol jusqu’aux portraits de personnes célèbres tirés du monde du spectacle, l’artiste s’immerge dans le modernisme conceptuel, ramenant à la vie quelque chose d’éternel et d’immuable du passé, donnant une nouvelle vie à quelque chose qui se prête à être réinterprété dans son intégrité.
Chaque œuvre représente un voyage unique dans le temps, à l’intérieur de l’œuvre, à travers les détails. Il part d’un point focal et met en valeur la force, la vigueur et l’énergie de son essence et de son contenu, éléments qui sont renforcés et mis en valeur dans l’acte créatif.
Il donne vie aux représentations de l’histoire de l’art dans ses tableaux, les réinterprète et en fait la substance vivante de sa propre peinture en les intégrant aux formes de symboles ou d’œuvres déjà réalisées.
Il s’agit d’œuvres picturales à travers lesquelles l’artiste réalise une contemporanéité qui se matérialise lorsque des images d’œuvres éloignées dans le temps se présentent à son esprit pour donner une libre interprétation à de nouvelles œuvres dans une tonalité moderne. Elle nous permet de célébrer et d’apprécier encore plus les grands maîtres, de saisir et de percevoir dans l’art les variations les plus infimes et les plus minutieuses, ces accents et ces veines subtiles, qui sont corroborés et mis en valeur dans l’acte créateur.

Opere di Karam Cannarella - Viaggio nell'arte

Karam Sebastiano Cannarella a longtemps écouté dans son être d’artiste les valeurs appartenant à sa patrie où il a vécu jusqu’à sa pleine jeunesse et dont il ne s’est jamais détaché. Alchimiste émotionnel au tempérament clairement méditerranéen, il se tourne vers le passé pour redécouvrir ce lieu secret à travers l’acte de création.

“Chantre du paysage sicilien, de cette “terre de Sicile” qui a inspiré des dizaines d’artistes au cours des siècles, avec une méticuleuse et grande originalité et une habileté technique dans la représentation des figures et des couleurs, il met en scène une histoire faite de tableaux, plongeant une à une dans ses profondeurs intérieures, émotions, sensations et amours, les donnant à ceux qui, s’arrêtant devant ses œuvres, les regardent avec un esprit ouvert et un cœur sensible. Travailleur culturel, il dépeint la beauté magique d’un pays enchanté. Le désir d’immortaliser des souvenirs et de redécouvrir comment un simple aperçu de la campagne, un coin de mer bleu et des traditions disparues au fil du temps peuvent évoquer la beauté intacte de sa terre, reproduite dans ses tableaux, est omniprésent dans ses œuvres. Son art devient la voix d’une âme sensible qui chante sa terre et tout ce qui lui appartient. Dans chacune de ses œuvres, riches en nuances de couleurs et en détails, il dépeint une combinaison d’histoire culturelle et de souvenirs du passé, transformant son imagination fertile en œuvres qui sont réelles à première vue. Une histoire illustrée par des peintures représentant des lieux et des personnes qui évoquent l’enchantement d’une terre ” magique “, parfaitement intégrée à l’originalité picturale de cette nouvelle dimension créative.

L’histoire ” de l’œuvre de l’artiste est une histoire du passé.

Dans l'” histoire ” racontée par l’artiste, la ponctuation est donnée par les traits précis des principaux protagonistes et l’intrigue est développée par les couleurs. Des couleurs chaudes et froides bien assorties entre elles et à l’arternaza de lignes sombres qui enveloppent les différents protagonistes “racontent” des visions profondes de la réalité sicilienne du passé, en l’embellissant d’un allumage poétique, en transmettant le charme authentique d’une expérience qui n’existe plus aujourd’hui. Il met en scène un conte qui prend vie à la surface de la toile et nous renvoie à chaque œuvre l’incipit des contes de fées de “Il était une fois”. En lisant les histoires figuratives de Cannarella, nous entrons dans un Réalisme In-sung car l’artiste sait ” chanter ” ce qui semble avoir été perdu dans le temps bien que, il soit toujours présent au cœur de ceux qui savent écouter et voir avec des yeux émerveillés en dépeignant une atmosphère magique que l’artiste reproduit comme le fruit de ses souvenirs.